De l’importance de l’eau

L’eau est le sang de la Terre, le support de toute vie.
Viktor Schauberger

Philosophe, métaphysicien et inventeur

Source de vie, l’eau
est notre or vital
et constitue 75%
de notre corps. Les molécules présentes dans nos cellules en contiennent 99%. 

L’eau est un objet d’intérêt et de recherches depuis la nuit des temps. Les récentes découvertes notamment quantiques, viennent bouleverser les connaissances établies. Sous une simplicité apparente, l’eau reste cependant un mystère pour la science, elle est comme un cristal liquide en vibration permanente ; cette ondulation cesse lorsque la température baisse et l’eau se cristallise. Elle a la capacité de garder en mémoire les propriétés d’un élément avec lequel elle a été en contact.

La vie sur notre planète s’est développée dans les fonds marins qui ont permis l’émergence des premiers organismes cellulaires. Il est possible de survivre longtemps sans manger, mais pas sans boire. 

Importance de l’eau dans le corps

L’eau constitue environ 75% de notre corps ou 60 % de notre poids, les molécules de nos cellules en contiennent 99 %. Elle est donc aussi indispensable à la vie que l’air.

Elle est absolument nécessaire à tous les processus biologiques : qualité du sang –nutrition des cellules-, élimination des déchets –système rénal et lymphatique-, température –sudation-, la qualité et la quantité doivent rester constantes.

Les besoins de l’organisme en utilisation et en sortie sont conséquents :

  • 0.5 l par jour pour la respiration,
  • près d’1 l pour la transpiration,
  • 1.5 l pour l’urine,
  • 3 l pour le fonctionnement des intestins,
  • plus de 2 l pour le suc gastrique,
  • 1 l pour la salive, etc.

Ce qui correspond à un besoin quotidien de 3 à 5 litres, répartis entre les apports de boissons et d’alimentation de bonne qualité car nous sommes en permanence irrigués par les énergies de cette eau.

Quelle eau boire ?

L’eau du robinet

  • Sauf cas particuliers, l’eau du robinet est très surveillée, contrôlée et traitée en conséquence. Même si son goût peut être trop chloré, un simple passage au réfrigérateur peut l’améliorer. Si sa qualité n’égale pas celle des eaux de source ou minérales à la base, elle est potable. Toutefois, elle suscite encore de la méfiance.
  • Pour vérifier la qualité de l’eau dans votre commune, rendez-vous sur la carte interactive réalisée par Que Choisir.
  • Il est aujourd’hui possible de l’améliorer grâce à différents procédés que nous verrons plus loin.

L’eau minérale ou de source en bouteille

  • L’eau minérale et l’eau de source sont toutes deux d’origine souterraine, réglementées, microbiologiquement saines et propres à la consommation, embouteillées à la source ou par forage.
  • L’eau de source, faiblement minéralisée et de composition inégale, est parfois décantée ou filtrée pour réduire la concentration d’éléments instables comme le fer ou le fluor.
  • Les eaux minérales contiennent une concentration plus élevée en minéraux et oligo-éléments très stable et contrôlée ; elles sont reconnues officiellement pour leurs bénéfices sur la santé humaine. Cependant certaines sont très minéralisées et ne conviennent pas nécessairement à un usage quotidien, notamment avec la présence de fluor, et il est nécessaire de vérifier les étiquettes de composition.
  • Si leur apport en minéraux et oligo-éléments est indéniable, ces eaux pures perdront progressivement, dans leur contenant en plastique, une grande partie de leur potentiel vital en quelques jours : embouteillage mécanique, pollution électromagnétique, émanations liées au plastique en fonction de ses conditions de transport, de stockage, de vente et les écarts de températures… Il est nécessaire de rappeler combien le plastique est un perturbateur endocrinien majeur pour notre corps.
  • Plus encore, l’eau en bouteille est chère et très polluante pour la planète : vendue 50 fois plus chère que l’eau du robinet, ce sont environ 24 millions de bouteilles plastique qui sont transportées et vendues chaque jour en France dont la moitié n’est pas recyclée. C’est également vrai de par le monde puisque l’on observe désormais des continents flottants de déchets plastiques plus grands que notre hexagone… qui ne se décomposeront pas avant des centaines d’années !

Respectons l’eau, notre trésor vital.
La nature nous a offert l’eau en cadeau, en abondance, illimitée
et gratuite, préservons la, il en va de notre avenir.

Les facteurs de la qualité de l’eau

Facteur chimique

L’origine de l’eau, le milieu dans lequel elle coule et ses propriétés identifiables : ph, composition, potabilité.

Facteur cinétique

Comment l’eau s’écoule dans son milieu : son mouvement, eau vivante ou stagnante. 

Facteur thermique

La température d’origine de l’eau et celle qu’elle acquiert au fil de son cours. 

Facteur énergétique

Sa structure originelle et les enregistrements qu’elle aura glanés tout au long de son parcours naturel, son mode de prélèvement, l’embouteillage, le stockage, etc.

Pour être profitable à notre corps, l’eau doit être de préférence biocompatible : potable, vivante, pure, énergisée et structurée.
C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir recours à la purification et à la dynamisation de l’eau.

Les différents procédés de filtration,
de purification et de dynamisation de l’eau

Les procédés de purification de l’eau (PPE)

  • Les carafes ou filtres au charbon peuvent être intéressantes mais elles sont souvent des nids à bactéries, coûteuses, nécessitant un remplacement fréquent du filtre pour éviter la désorption (lorsque le filtre est saturé, il peut relâcher des produits toxiques). Attention à la provenance du charbon.
  • Les colonnes filtrantes raccordées au robinet fonctionnent également au charbon, plus couteuses, avec les mêmes réserves que ci-dessus.
  • L’osmose inverse est sans doute un des meilleurs procédés sans produit chimique mais le coût reste très élevé.
  • Les distillateurs restent chers et ont tendance à déstructurer et dévitaliser l’eau.
  • L’ionisation permet avant tout une meilleure alcalinité.

Les procédés de structuration de l’eau (PSE)

  • Mécanique : par vortex, via un support électrique qui peut éventuellement créer un champ magnétique susceptible de polluer l’eau au lieu de la dynamiser.
  • Électromagnétique : par des aimants (suffisamment puissants et à placer sur l’arrivée générale d’eau)  ou autres procédés, mais parfois susceptibles d’induire un champ magnétique disproportionné.
  • Ondes de forme : comme les harmonisateurs.

Les différents procédés de filtration, de purification et de dynamisation de l’eau n’éliminent pas pour autant la mémoire des informations négatives : circuit dans les canalisations parfois en plomb, stockage dans les châteaux équipés de relais électromagnétiques…

La molécule d’eau est vivante et change constamment en fonction de son environnement auquel elle est très sensible. Selon les études de Wolfgang Ludwig (Professeur des Universités et directeur du Centre de Formation et de Recherches sur les Environnements Méditerranéens), l’eau doit être exempte de ces informations néfastes et comporter des informations vitales pour garantir le processus du vivant.

L’eau a la capacité de mémoriser les informations et de les transmettre : elle garde les propriétés des substances ou vibrations avec lesquelles elles est en contact, même si elles sont éphémères.

La molécule d’eau est donc VIVANTE et change constamment en fonction de son environnement auquel elle est très sensible. 

Nous avons créé les stickers énergétiques Libellule & Co, pour répondre à une urgence au service de la Vie : arrêter de consommer de l’eau en bouteilles plastique et apporter davantage de vitalité et d’énergie à nos corps au quotidien, de façon simple, efficace et économique.

Achetez vos stickers énergétiques ici. 

Ce que dit la science

D’éminents scientifiques et chercheurs, récents ou ancestraux, ont exploré la nature de l’eau et ses mystères, ses propriétés et ses utilisations, son impact sur notre santé.

Des nouveautés
s'en viennent par ici !

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir en exclusivité toutes les actualités Libellule & Co.